Le Livre Bleu de la Bretagne

Le_Livre_Bleu_de la Bretagne_Louis_Melennec 

cliquez ci dessus pour lire gratuitement le livre de Louis Melennec.

LE LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE.

Le livre bleu de la Bretagne - Louis Melennec - Histoire abrégée de la Bretagne
Le livre bleu de la Bretagne – Louis Melennec – Histoire abrégée de la Bretagne

LE LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE.

ou (et) financez l’achat du livre (voir ci-dessous)

Louis Melennec Le livre bleu_ Histoir_édit

.

*LE LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE EST LU A L’ELYSEE ET A MATIGNON.*


*ET VOUS ? L’AVEZ VOUS LU ?

@@@@@@@@@@@@@@@*
*Les crimes contre l’humanité* perpétrés par le pays des droits de l’homme
en Bretagne, occultés depuis 1789, sont maintenant connus. Impossible
d’échapper à cette vérité sinistre.
 
ayrault_ copy_lettre n1
*Le premier ministère 
a commandé DEUX exemplaires du livre de Louis
Mélennec, *en précisant bien, sur l’enveloppe : « Duché de Bretagne ». Le
Duché de Bretagne existe, il n’a jamais cessé d’exister : le courrier
officiel y arrive, transmis par les service postaux du pays des droits de
l’homme.
ayrault_copy_carton entête_2
*Bernard Poignant, conseiller et ami intime de l’actuel président de la
république,* ex-maire de Quimper, agrégé d’histoire, a accusé réception de
l’exemplaire à lui adressé par Louis Mélennec. Nul doute, compte tenu de ce
qu’il contient, qu’il a été remis en mains propres à François Hollande. Le génocide breton ne passe plus inaperçu.
poignant_2015_avril_2
*Manuel Valls,* premier ministre a été rendu destinataire, à deux reprises
du Livre bleu. Nul doute qu’il lui a été transmis. Comme la Bretagne, la
Catalogne est en train de conquérir sa Liberté, après des siècles
d’humiliation. Le problème des deux pays est strictement le même. M. Valls sait cela, car tout le monde le sait aujourd’hui.Tous doivent avoir en main le Livre Bleu de la Bretagne,
et le diffuser partout. Il est la clé de l’histoire de la Bretagne,
falsifiée par le colonisateur.*

Il est recommandé en téléchargement gratuit par plus de trente sites
internet dans le monde. (Cf : Google : Livre bleu de la Bretagne).

AUCUN MEDIA DU PAYS DES DROITS DE L’HOMME NE l’A ANALYSE.
VIVE LA FRANCE DES DROITS DE l’HOMME !!!!!!!!!!!!!
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
.
Publicités

4 commentaires sur “Le Livre Bleu de la Bretagne

  1. LOUIS MELENNEC. PARIS.

    @@@@@@@@@@@@

    QUELQUES CITATIONS INTRODUCTIVES
    POUR BIEN COMPRENDRE L’HISTOIRE DE LA
    BRETAGNE ET LE DESTIN QUE LES BRETONS
    SOUHAITENT POUR LEUR NATION.

    – Michel ROCARD, ancien premier ministre de
    François MITTERRAND, confidence révélée par
    WIKILEAKS, faite en 2005 à l’ambassadeur des Etats-Unis
    en France, M. Craig STAPLETON :
    « La France s’est construite sur la destruction de cinq cultures :
    les cultures bretonne, occitane, alsacienne, corse, flamande …
    La France est une création militaire, faite de nations non
    homogènes ».

    – Arnaud LEPARMENTIER, journal le Monde,
    15 novembre 2012, page 28 :
    « Le temps n’est plus où l’on pouvait hispaniser la Catalogne,
    comme la troisième république a francisé, avec son armée et ses
    instituteurs, la Bretagne et le midi de la France ».

    – Louis MELENNEC, docteur en droit, Ex-Consultant
    près le Médiateur de la République française :
    En droit international, la Bretagne n’est en aucun
    cas une partie de la France, pas davantage une
    « province » du pays autoproclamé « des droits de l’homme ».
    Envahie, détruite, soumise, pillée de ses finances, de ses
    hommes, des ses talents, la Bretagne est et reste, au regard
    des Principes généraux du droit et du droit
    international, une colonie, c’est à dire un pays occupé.
    L’occupation d’un pays par la force, même de longs siècles
    après son invasion, ne crée aucun droit au bénéfice de l’envahisseur.
    L’ONU vient de le rappeler, sous la forme d’une
    flagellation administrée à la France : ce pays est une puissance
    coloniale dans les îles de Polynésie, son seul droit dans
    ces territoires est de les évacuer. La prescription
    n’existant pas en matière de crimes contre l’humanité, il ne
    reste à sa charge que l’obligation de réparer les dégâts
    colossaux commis. La présence de la France en Bretagne
    relève des mêmes principes, car le droit est le même pour
    tous, et la force est le contraire du droit.

    – MORVAN LEBESQUE, Comment peut-on être breton
    ? Paris, 1970, éditions du Seuil, pages 43, 50, 51 :
    « L’enfer est privation d’histoire… Extravagante
    imposture : il faut qu’un Breton quitte l’école
    pour apprendre l’histoire de son pays… Pour s’en informer,
    il devra l’étudier en marge, à ses frais, comme s’il
    s’intéressait par goût personnel aux Indiens ou aux Hittites…
    On m’a bêtement menti, on m’a traité comme un
    enfant de l’Assistance publique. Lorsque, malgré tout, j’ai
    su que ma nation avait existé, on me l’a dépeinte (comme)
    une mégère arriérée et patoisante, dont je devais m’estimer
    heureux d’avoir été séparé ».

    – HAZO NETANEL, Président de l’Association
    Bretagne-Israël, 2010 :
    « Je suis toujours avide des leçons d’histoire du docteur
    Mélennec. Que de régressions, de persécutions, de tueries
    perpétrées à l’encontre de ce peuple qui veut légitimement
    vivre sa culture, sa langue, dans son propre pays ! C’est
    un miracle qu’il soit toujours debout. La pugnacité,
    l’opiniâtreté ne sont pas de vains mots pour désigner
    les Bretons. Les Juifs ont les mêmes qualités. Vos écrits
    rejoignent mes réflexions sur les peuples Juif et Breton…
    Le peuple Breton sort de cette léthargie, de
    ce confort d’esclave ou tout est mis à sa disposition
    par la déesse raison, pour mieux l’étouffer. Le chemin
    sera long encore jusqu’à l’indépendance mais c’est iné-
    luctable. La France est en faillite morale, intellectuelle,
    elle éclatera du fait des différentes
    communautés qui la phagocytent… C’est une
    chance pour les peuples premiers de France.
    Les nouveaux médias changent la donne. Vos recherches
    qui étaient mises au ban, sont maintenant
    publiées. »

    – MARCEL TEXIER, ex-Président de l’OBE
    (Bretons du Monde).
    « Vous faites œuvre de salubrité publique, docteur Mé-
    lennec !
    La Bretagne a été incorporée à la France à la suite
    d’une succession de crimes et d’opérations
    frauduleuses, pires : crapuleuses. Les invasions
    françaises de la fin du 15ème siècle ont
    scandalisé les contemporains. Toute l’Europe
    s’était alliée pour soutenir les Bretons dans leur lutte patriotique
    pour défendre leur pays, tous les pays alliés envoyè-
    rent des troupes en Bretagne : les Anglais, les Allemands,
    les Castillans et les Aragonais, les Gascons étaient présents
    aux côtés de nos soldats, sous les ordres de nos généraux…
    L’invasion de la Bretagne par la France fut condamnée
    dans des termes péremptoires par toute l’Europe, personne
    ne soutînt les Français.
    Le texte connu sous le nom « d’Edit d’Union », publié unilatéralement
    par la France, en août 1532, présenté comme
    un traité jusqu’à vos travaux de juriste et d’historien,
    c’est-à-dire comme un accord bilatéral conclu par deux
    puissances souveraines, ne fut rien d’autre qu’un
    tour de passe-passe juridique, initié et perpétré
    par la France seule : jamais les Bretons n’ont été consultés
    sur leur sort, ils n’ont ni négocié, ni participé à la rédaction
    de ce texte, ils ne l’ont pas paraphé, il a été publié
    unilatéralement sans vote de leur part, par la France
    seule. L’hostilité des Bretons à l’égard des Français, leurs
    ennemis héréditaires, – leur haine plutôt, car la
    France préparait ouvertement l’invasion de
    la Bretagne depuis longtemps -, était millénaire,
    remontant au VIème siècle. De nombreuses guerres ont opposé
    les deux pays ; la perspective pour les Bretons d’être
    gouvernés par un roi Français, par un prince détesté, était
    la catastrophe qu’ils redoutaient le plus.
    En 1532, Bretagne a été annexée contre son gré : les
    Bretons avaient le canon dans le dos, et, depuis
    les invasions de 1491, ne possédaient
    plus d’armée pour chasser leur ennemi : voilà
    toute la vérité. Merci de l’avoir dite, et de l’avoir dé-
    montrée d’une manière irréfutable. (Personne n’a tenté de
    réfuter vos recherches, d’ailleurs).
    Pas davantage les Bretons n’ont accepté, en 1789, que leurs
    institutions autonomes ni leurs lois particulières soient sup-
    primées, ni, durant tout le XIXème siècle, que leur langue et
    leur culture soient persécutées, encore moins qu’ils soient
    gouvernés par des étrangers, décorés du nom de « pré-
    fets », gouverneurs exclusivement nommés par la France.
    Si la France est toujours présente en Bretagne, c’est par
    l’effet de la force, non du droit. Au regard du
    droit international, le prétendu traité de 1532, ironiquement
    baptisé « d’union perpétuelle de la France et de la
    Bretagne», étant nul de nullité absolue, la Bretagne est
    juridiquement indépendante. L’ONU vient
    de rappeler que la France n’est présente dans
    les îles de Polynésie, que par le fait d’une colonisation
    : la situation est la même en Bretagne.
    Vos publications établissent d’une manière aveuglante la
    légitimité des revendications des Bretons, occultées jusqu’à
    ce jour par un discours officiel inique. Ils nous confèrent
    UNE FORCE MORALE CONSIDERABLE.
    Vos travaux ont été insultés ? Laissez glisser les insultes
    avec mépris. Attendiez vous autre chose après
    tant de siècles de falsification de la vérité
    historique ? Ils sont maintenant publiés et reconnus.
    Pensez à Théodore HERZL, le père de
    l’Etat juif, à qui on jetait des pierres ».
    Marcel TEXIER, Agrégé de l’Université, ex-Président
    de l’OBE (actuellement Bretons du monde)

  2. LOUIS MELENNEC. LETTRE A MADAME FRANCOISE MORVAN. Mars 2018.

    @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

    Lettre du bon docteur Mélennec à madame Françoise Morvan.

    @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

    Je ne pense pas que du mal de vous, loin s’en faut.
    Que vous déliriez quelque peu, ça oui.
    Vous avez écrit tout votre discours, depuis des dizaines d’années, sur un postulat, qui est faux : les Bretons qui se sont tournés vers l’Allemagne en 1940 étaient des nazis. A partir de là, vous avez construit une pyramide, qui repose sur son sommet. Ces braves gens étaient, pour l’essentiel, des patriotes, qui se sont battus pour leur pays. Peu étaient au courant des atrocités nazies. S’ils les avaient connues, ce n’est pas vers l’Allemagne qu’ils se seraient tournés, soyez en certaine. Je parle en connaissance de cause : je suis Breton, et ai consacré quarante ans à décrypter l’histoire de mon pays, qui est aussi le vôtre.
    Les messages les meilleurs sont les plus courts; surtout ceux qui ne véhiculent ni insultes ni grossièretés.
    Lisez le LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE, téléchargeable sur la toile, et surtout, si vous êtes pressée, l’HISTOIRE DE LA BRETAGNE POUR LES NULS ET LES COLLABOS. C’est là que vous allez comprendre combien grave est votre erreur.
    Le début de votre article sur WIKIPEDIA – que d’aucuns nomment WIKIPEDIOUSE, WIKIMERDIA, WIKIMERDIOUSE, etc., est excellent. Je vais le publier, il va éclairer quantité de gens.
    Le reste est inutile. Les « experts », « contre-experts » et « surexperts » de cette absurde petite officine sont de petits merdeux, prétentieux, et d’une ignorance crasse. Des imbéciles au petit pied : un seul mot pour les qualifier : ridicules.
    Votre longue dissertation montre que ces absurdités vous ont blessée. Vous leur faites beaucoup trop d’honneur : oubliez-les totalement et définitivement. Ce faisant, ce sera encore trop pour ces pauvres hères, qui sont davantage à plaindre qu’à blâmer, car ils relèvent de la psychiatrie.

    Le bon docteur MELENNEC.

  3. COMMENT LES « HYSTORYENS » BRETONS ONT FALSIFIE L’HISTOIRE DE LA BRETAGNE : SOTTISE, IGNRANCE, CARRIERISME.

    @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

    DE LOUIS MELENNEC, honorablement exclu – mais connu – de tous les merdias français « subventionnés » c’est-à-dire achetés. Commentaire injecté sous les interventions outragées de Marion Sigaut, à la suite des insultes dont elle a été abreuvée, des mois durant, par Wikipédouse, la célèbre encyclopédie des sottises. Elle a eu tort de répliquer. Wikipédiouse, wikimerdiouse, wikimerdia, de nouveaux concepts à l’intention des « experts » qui écrivent dans cette officine sur l’histoire de la Bretagne. (Ceci ne vise pas d’autres articles, car il en est de bons).

    Ma bonne Marion Sigaut,

    « L’habit ne fait pas le moine. L’élection présidentielle ne rend pas intelligent un homme bête et prétentieux : nous en avons vu quelques exemplaires ces dernières années, et de bien étrange tournure. Les diplômes universitaires ne font pas les historiens, loin s’en faut ! Nombre d’entre eux ne sont jamais que ce que j’appelle des « HYSTORYENS ». J’en ai connu quelques uns, vous aussi.
    Ce sont des sots, pour ne dire que cela. qui ont déversé de la haine sur vous. Les sots ne savent pas contredire ni argumenter; ils n’ont aucun argument, autre que la bave qui s’échappe de leurs naseaux. Les voila ridicules

    Vous lirez dans Bourde et Martin, qu’en histoire, les « patrons » – ceux qui occupent les chaires, pas les meilleurs, bien sûr – se réservent le sujets « nobles », et cantonnent les élèves qu’ils veulent condamner au silence dans les sujets sans intérêt ou insipides. De véritables petits empires se créent au bénéfice de ceux qui naviguent dans ce milieu putride. On interdit aux autres les revues, les colloques, les congrès, etc. Aucune carrière, aucune perspective, donc.
    Ainsi, on les neutralise; vulgairement : on leur coupe les c…… Peu survivent de ceux qu’on veut mettre à mort.

    Voyez LUGAN, SECHER, etc., et leur invraisemblable parcours. Eux, ont « percé », malgré les obstacles et les rebuffades, à force de volonté et des talents qui les plaçaient au dessus des autres.
    M. SECHER a été couronné par des prix internationaux …un quart de siècle plus tard : la bonne « république » veille jalousement sur son roman national pourri !
    Le brillantissime LUGAN, vous le savez, l’un des meilleurs africanistes du temps, a été interdit d’enseignement par le superlatif Jean-Yves LE DRIAN, cet honorable « breton » au coeur pur, qui fait l’admiration de tous, notamment par ses ventes d’armes; au grand dam des Bretons, qui sont pacifistes, et qui désapprouvent péremptoirement qu’un homme né sur leur sol alimente les guerres, et livre des armes souvent utilisées contre les occidentaux et les chrétiens. Aussi est-il célèbre : Sa dernière interview, sur Youtube, a totalisé … 32 vues, autant que Marilou Lebranchu !

    La place de Secher et de Lugan est à l’Institut.

    L’un des procédés des « patrons » des départements d’histoire aux mains des idéologues et des falsificateurs : imposer à des candidats des « recherches » inutiles, et qui, de plus, ne seront lues par personne. Lorsque, au bout de quelques, années, ils sortent épuisés de ce calvaire, ils posent la plume, ignares qu’ils sont dans tous les autres sujets que celui de leur thèse. Ils ne se cultivent plus. Ce sont des ignares coiffés d’un bonnet d’âne, en forme de thèse, voire de doctorat.

    Ne vous ai-je pas parlé de cette thèse insensée imposée à un étudiant en histoire, en Bretagne, il y a quelque temps : voici :

    « La culture des poireaux à Quimper-Corentin de 1350 à 1352 ». (!!!!!)

    Un chef d’oeuvre pourtant introuvable en biblliothèque ou ailleurs.

    J’ai connu, moi aussi, quelques aventures avec les débiles mentaux, les fascistes, les staliniens au petit pied.

    Encore très jeune, je suis allé faire la nique aux « sçavants » de la société « sçavante » de médecine légale à laquelle j’avais adhéré quelques années auparavant. Par nécessité et par ignorance. Mes recherches dérangeaient le système, car elles jetaient par terre des idées dépassées. Ils avaient refusé de publier ma communication au congrès international de Djerba, en 1978. Laquelle communication a fait ma réputation, car elle fut ensuite diffusée par de nombreuses revues médicales et juridiques. Avec plusieurs traductions, en espagnol, en italien, etc.
    Je suis monté à la tribune, dans l’ancienne faculté de médecine, et je leur ai dit, en me foutant de leur figure :

    « Regardez bien ma tête, vous ne la verrez plus : à partir de cette minute, je ne fais plus partie de votre honorable société ».

    Je suis descendu, impérialement, de la tribune, comme je l’avais fait à Djerba.

    L’un d’eux, le docteur Labbé, cardiologue – un Breton -, sincèrement désolé, a essayé de me retenir. Lui, était de bonne foi.
    Je me suis moqué d’eux. Et j’ai bien ri de leur déconfiture !

    A la suite de cette publication, qui fit beaucoup de bruit à l’époque, j’ai été chargé de diriger deux gros ouvrages chez Masson, éditeur international, avec dans mon équipe des médecins et de chirurgiens célèbres internationalement, dont plusieurs membres des académies de médecine et de chirurgie (Natali, Vayre, Auquier, Vague et bien d’ autres). Dans la collection prestigieuse dite « des patrons », s’il vous plait ! On va vous « encarter », m’a dit triomphalement mon éditeur, le docteur Duizabo. Car ces ouvrages luxueux était présentés sous une grosse couverture cartonnée, c’est ainsi qu’on désignait les choses ! Honneur important pour le jeune homme que j’étais encore, par rapport à ces vieux messieurs. Qui tous m’ont parfaitement accepté, et avec lesquels, jusqu’à leur mort, j’ai entretenu les relations les plus cordiales. (Ne soyez pas étonnée : cela se passe à Paris, pas en Bretagne !)

    En médecine, c’est comme en histoire : ceux qui s’emparent des postes, trustent tout. Le principe de Peter s’applique à fond : plus on est bête, plus haut on grimpe sur l’échelle. Et ils se multiplient comme les amibes, par scissiparité, n’incluant dans leur petit royaume que ceux qui diffusent leurs idées fausses, continuant à pervertir la jeunesse par des discours frelatés. En politique aussi : voyez Chirac, ce pauvre Hollande … ; et que dire de ‘invraisemblable Ayrault ??? Pour ce dernier, on s’est pincé pour être sûr de n’avoir pas la berlue. Mais non : Hollande l’a bien nommé premier ministre. Aujourd’hui, on se dit encore : non, ce n’est pas possible, j’ai sûrement rêvé ! Car on ne peut croire que cela soit vrai !

    Voici d’autres sujets vrais de thèses (ou d’articles), publiés en Bretagne, sujets éminemment internationaux, à mourir de rire :

    « L’apiculture dans la région de Morlaix à la fin du XVIIIe siècle ».
    « Le contenu des prônes en Léon à la fin du XVIIe siècle ». (sic!)
    « Rites et démarches accomplis à l’occasion de décès de voisins dans le Léon rural, entre les années 1920 et 1950 ».

    Et ces deux authentiques merveilles :

    « L’expulsion des religieuses à Saint-Méen, en août 1902 »

    « Les rapports entre le paysan léonard et le cheval de trait hier et aujourd’hui ». (!!!!!!)

    Vous rêvez ? Non : c’est à quoi « l’université » de Bretagne amuse les Bas-Bretons. (Pour être honnête, il y a aussi de vraies thèses : Lepage, Nassiet, le Moal …, et quelques autres, que je cite souvent). On distrait les candidats brillants de leurs véritables recherches, celles qui émanciperaient la Bretagne. Voila pourquoi, depuis trente ans au moins, les menteurs et les ignares ont imposé leurs publications.
    C’est du grand art, vous en conviendrez : du cousu main !
    Alors, vous pensez bien qu’avec de telles merveilles, les jeunes Bretons ne vont pas très bien comprendre comment la France a envahi la Bretagne ! Ni comment ils sont devenus des Français ! Ni aucune des horreurs dont on sait maintenant partout que ce furent des crimes contre l’humanité.
    Ainsi sont ils restés esclaves, pour le profit de certains, pendant plusieurs siècles. Et à force d’être esclave, on finit par aimer sa condition, parce qu’on n’en connaît pas d’autre.
    Si je vous écrit en français, c’est parce qu’on m’a interdit de parler ma langue nationale dans mon enfance – cette langue vénérable déjà largement en gestation avant le Christ. Et si je n’ai parlé de l’histoire de la Bretagne que si tardivement, c’est que tout me fut honteusement caché dans mon enfance, par cette marâtre qui a supprimé notre histoire, pour la remplacer par la sienne.
    C’est ainsi qu’après deux siècles de lavage des cerveaux, presque tous le Bretons avaient oublié, voire renié leurs origines. Je fus dans ce cas.

    Heureusement, il y a eu le Livre Bleu. Vous savez : ce petit livre de Louis Mélennec, qui a chamboulé la donne, et a été commenté dans de nombreux pays dans le monde, car son message est universel ! … Sauf, bien entendu, dans la pays des droits de l’homme, sans compter les merdias de la collaboration en Bretagne, qui ne vivent qu’en saprophytes, sur le terreau sur lequel ils acceptent de s’alimenter.

    Et maintenant, on dispose sur la toile de ce long travail sécurisé, tout aussi important :

    Anne de Bretagne et l’ignoble invasion qui a détruit la Bretagne de 1487 à 1491.

    http://melennec.info/anne-de-bretagne-et-lignoble-guerre-dinvasion-qui-a-detruit-la-bretagne-de-1487-a-1491/

    Lisez le et diffusez le : nous allons gagner beaucoup de temps., vous allez encore libérer quelques esclaves de leurs chaines.

    Lu dans Wikipédiouse, cette incroyable littérature sous la plume de l’un de ses « experts »:

    « Louis mélennec est un expert à la réputation très surfaite. On ne trouve aucune allusion à ses travaux nulle part. A-t-il existé ? Quelqu’un l’a-t-il rencontré ? On peut supprimer sa biographie sans hésiter  »

    On supprima donc. Mais deux jours plus tard, une vraie biographie reparut sous un autre titre:

    Mélennec, Wikipédia, biographie non salopée par wikipédiouse.

    Ce qui m’a valu un surcroit de popularité ! Lisez, vous aller mourir de rire. Riez avec moi, ma bonne Marion Sigaut : car ce sont ces débiles mentaux qui vous ont injuriée.
    Pagani, écrivain juif connu, a écrit : « Les Bretons sont les Juifs de la France ». Méditez bien cela ! C’est VRAI.

    LE BON LOUIS MELENNEC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s